Eaux pluviales : comment protéger mon habitation des inondations ?

Entre zone inondable, terrain incliné, nature de sol propice à l’engorgement ou encore pluviométrie excessive due aux intenses intempéries comme en Guyane durant la saison des pluies, les inondations peuvent causer d’importants sinistres, et bien qu’il soit impossible de contrôler les caprices de la nature, il reste tout de même faisable de limiter les dégâts en appliquant certaines mesures.

Avant de se pencher sur la protection de la maison, il parait pertinent de commencer par aborder les problèmes d’inondation que peuvent potentiellement subir les terrains en cas de fortes intempéries.

Comment éviter l’inondation du terrain par les eaux pluviales ?

La gestion des eaux pluviales peut, selon la nature du terrain, nécessiter un système de collecte particulier. Parmi les plus répandus, on retrouve en premier lieu les gouttières qui se chargent de diriger les écoulements, les récupérateurs d’eau de pluie, les cuves ou tonneaux enterrés qui peuvent ensuite, selon le système, servir à arroser ou abreuver des animaux de basse-cour, ou encore le toit végétal qui se charge de retenir les eaux de pluie avant de leur permettre de s’évaporer.

Selon la zone géographique, des solutions plus maîtrisées peuvent être requises comme des jardins de pluie, des puits d’infiltration ou encore des bassins afin d’éviter tout risque d’inondation.

Comment protéger la maison des inondations ?

Les inondations dans un habitat peuvent provoquer de multiples dégâts. Au-delà du mobilier, de l’électroménager, de la déco et des objets personnels qui peuvent être endommagés, il faut aussi prendre en compte les principaux ouvrages de l’habitation qui peuvent être atteints.

Certaines mesures permettent de réduire la vulnérabilité de la maison en cas de fortes intempéries. Voici les 10 principales :

  • Imperméabiliser et calfeutrer les ouvertures afin d’empêcher ou ralentir les entrées d’eau dans la maison. Ces ouvertures comprennent portes d’entrée ou secondaires, fenêtres, porte de garage mais aussi bouches d’aération, entrée de cave, de vide sanitaire, soupiraux et passages des équipements et réseaux.
  • Fermer tous les volets, y compris les volets électriques avant de couper l’électricité.
  • Protéger meubles et gros électroménager en les surélevant avec des parpaings ou encore des tréteaux.
  • Couper le gaz et l’électricité si l’habitation n’est pas équipée d’un système automatique de mise hors circuit et ne les rétablir seulement après s’être assuré que les installations sont sèches.
  • Selon la densité des intempéries et la zone géographique, il pourra s’avérer nécessaire de placer autour de la maison des sacs de sable afin de renforcer la protection des ouvertures.
  • Éviter le reflux des eaux sales en installant sur des clapets anti-retours sur les ventilations et le réseau d’eaux usées.
  • Si l’habitation se situe en zone inondable, une installation de buspins ou de batardeaux devant les ouvertures permettra un barrage supplémentaire pour empêcher l’eau d’entrer.
  • Placer en hauteur et protéger les objets contenus dans les placards et tiroirs qui sont susceptibles de flotter.
  • Sécuriser efficacement le mobilier ou les objets fragiles tels que canapés, fauteuils, tables ou encore tableaux en les plaçant idéalement à l’étage.
  • Attacher solidement les objets imposants susceptibles d’entraîner des dégâts.

Partagez cet article :